Qui peut ouvrir un PER ?

Le PER est un placement très populaire pour préparer une retraite complémentaire. Qui peut ouvrir un PER individuel et comment y souscrire ? 👉

Partager

Qui peut ouvrir un PER individuel ?

Le PERin (plan d'épargne retraite individuel) peut être souscrit sans condition d'âge, de conditions professionnelles ou de résidence fiscale.

Cependant, dans la pratique, une majorité de contrats imposent des limites d'âge, fréquemment entre 18 et 68 ans à la souscription et imposent que le souscripteur soit résident français. Il n'est toutefois pas impossible de trouver des contrats ouverts aux mineurs, aux retraités ou aux résidents étrangers.

Le PER individuel peut donc être souscrit par un étudiant, un salarié, un fonctionnaire, une profession libérale ou un chef d'entreprise. Cependant, il est plus intéressant de souscrire à un PER lorsque l'on est imposé avec un taux marginal d'imposition de plus de 30%.

En effet, les versements sont déduits du revenu imposable (dans une certaine limite), et permettent donc de bénéficier d'une économie d'impôt.

Comment ouvrir un PER ?

Il existe deux types de PER : les PER bancaires et les PER assurantiels :

  • Les PER bancaires font l'objet d'une ouverture de compte titre. Dans ces PER, pas de fonds euro ni d'avantage successoral comme peut l'avoir le PER assurantiel.
  • Les PER assurantiels font l'objet d'une adhésion à un contrat d'assurance de groupe. Ils peuvent être distribués par des courtiers, des banques (qui s'adossent à une assurance), des conseillers en gestion de patrimoine (CGP).

La souscription peut donc se faire via une multitudes d'intermédiaires :

  • En ligne, pour des PER comme ceux de Yomoni, Linxea ou Boursorama.
  • Via un conseiller bancaire pour des PER comme celui de Crédit Agricole (CTO ou assurance)
  • Via un courtier ou un conseiller en gestion de patrimoine, pour des PER comme celui de SwissLife ou Aviva par exemple.

Si vous avez des problématiques de transfert de PERP ou PER Madelin vers un PER individuel, la souscription via un conseiller ou un courtier se révèlera utile puisque chaque contrat a ses avantages et ses inconvénients : type de sortie différent, possibilité de sortie anticipée, différences fiscales en cas de décès avant 70 ans, frais de transfert, etc.

Si vous avez d'autres problématiques fiscales ou patrimoniales, le passage par un conseiller peut se révéler nécessaire. Les PER distribués via un conseiller font parfois (mais pas toujours) l'objet de frais supplémentaires sur les versements, mais ces frais peuvent être négociés.

Pourquoi ouvrir un PER ?

Le PER est un outil d'épargne permettant de préparer une retraite complémentaire (une rente) ou de bénéficier d'un capital au moment de prendre sa retraite.

L'ouverture d'un PER est donc utile pour épargner de manière régulière et bénéficier d'une économie d'impôt (les versements étant déductibles de son revenu imposable).

Ouvrir un PER individuel peut aussi être judicieux dans le cas d'un transfert de PERP ou PER Madelin vers un PERin, ce dernier comportant des avantages non négligeables comme la sortie en capital.

Pour les TNS (indépendants), l'ouverture d'un PER peut être utile en effectuant des versements libres en fin d'année, lorsque le BNC ou le résultat est presque connu. Les versements peuvent être déductibles du revenu imposable dans la limite du disponible fiscal.

Quel type de gestion choisir à l'ouverture d'un PER ?

Les plan épargne retraite proposent généralement plusieurs modes de gestion :

  • la gestion horizon retraite : c'est le mode de gestion de base de tout PER. Trois profils de risque sont proposés (prudent, équilibré, dynamique). Le portefeuille est constitué d'actifs risqués lorsque la retraite est lointaine afin de générer du rendement. À l'approche de la retraite, le PER est progressivement sécurisé.
  • la gestion libre : réservée aux épargnants expérimentés et ayant du temps à consacrer à la gestion de leur PER. Les unités de compte sont choisies librement.
  • la gestion sous mandat (ou déléguée) : une société de gestion s'occupe de manière active de l'allocation des actifs de votre portefeuille. Des frais supplémentaires de gestion sont généralement appliqués.

Un retraité peut-il ouvrir un PER ?

Oui. Contrairement à son ancêtre le PERP qui prévoyait une limite d'âge, le PER ne prévoit pas de limite d'âge à la souscription. L'épargnant peut déduire les versements de son revenu imposable uniquement dans la limite de 10% du PASS (soit 4113€ en 2022) s'il n'a pas de revenu d'activité.

Cependant, de nombreux PER fixent des limites contractuelles. De ce fait, les limites d'âge à la souscription se situent souvent entre 65 et 68 ans.

Un enfant mineur peut-il ouvrir un PER ?

Oui. Mais rares sont les PER proposant aux mineurs d'ouvrir un PER, toutefois certains le proposent. Même si l'intérêt peut paraître limité du fait de la date lointaine de la retraite et du faible intérêt fiscal, la souscription d'un enfant à un plan d'épargne retraite peut être intéressante sur plusieurs points :

  • les versements faits par l'enfant sont déductibles du revenu global du foyer fiscal
  • l'enfant peut déduire jusqu'à 10% du PASS (soit 4113€ en 2022) des revenus du foyer s'il n'a pas de revenu professionnel
  • l'enfant devenu majeur peut débloquer l'épargne en vue de l'achat de sa résidence principale

🔎 Risque fisal : les versements doivent se faire sur la base de fonds appartenant à l'enfant afin d'éviter toute donation indirecte.

Les contrats PER proposant une souscription aux mineurs sont peu nombreux car le devoir d'information et de conseil s'avère plus délicat, notamment du fait que le blocage de sommes pour un enfant en vue de sa retraite peut ne pas être justifié. Un contrat d'assurance vie peut s'avérer être plus adapté car disponible à tout moment.

À quel âge ouvrir un PER ?

Il est préférable d'ouvrir un PER à 15 à 25 ans de la retraite. Cet horizon de temps permet de placer sereinement son épargne sur des supports risqués et délivrement un rendement important sur le long terme, sans subir les fluctuations de court terme des marchés boursiers.

L'ouverture d'un PER n'est pas forcément pertinente à tout âge. L'ouverture d'un PER pour un jeune mineur ou étudiant n'a qu'un intérêt limité, si un achat de résidence principale est prévu à moyen terme. Cependant, le blocage de la somme épargnée peut être une contrainte importante dans le financement des études ou pour des dépenses imprévues alors que les revenus sont en général faibles et fluctuants avant le démarrage d'une carrière professionnelle. Une assurance vie ou un PEL sont à préférer.

De manière similaire, l'ouverture d'un PER à la retraite n'a pas un grand intérêt. Le PER est produit de placement fait pour préparer une retraite complémentaire et y souscrire une fois à la retraite n'est pas placement le plus pertinent.

À quel taux d'imposition est-ce intéressant d'ouvrir un PER ?

L'ouverture d'un PER est particulièrement intéressante pour les foyers fiscaux avec ayant un TMI (taux marginal d'imposition) supérieur à 30%.

En effet, les versements sont déductibles du revenu imposable (dans la limite du disponible fiscal), ce qui entraîne une réduction d'impôt. Si, au moment de la sortie du PER en capital, votre TMI plus faible (ce qui est fréquent à la retraite où les revenus diminuent), c'est doublement intéressant.

Même si le capital accumulé est taxé en sortie de PER, la réduction d'impôt constitue une véritable avance de trésorerie qui va, en étant placée, travailler au profit de l'épargnant pendant plusieurs années.

Un non résident français peut-il ouvrir un PER ?

Oui. Les français résidant à l'étranger peuvent souscrire à un PER. Cependant il n'est pas possible de déduire les versements dans le PER de son revenu imposable. Une demande de renonciation de déduction des versements doit être effectuée.

Dans ce cas, l'épargnant ne sera pas imposé sur le capital épargné au moment de la sortie si la fiscalité française s'applique. Seule la part d'épargne composée des plus-values sera imposée.

Quels frais à l'ouverture d'un PER ?

L'ouverture à un PER peut faire l'objet de frais d'adhésion à l'association souscriptrice. Ces frais sont généralement de l'ordre de 20€ ou peuvent être offerts. Ils sont prélevés une unique fois à l'adhésion annuellement en fonction des contrats.

Le point de vigilance sur les frais concerne plutôt les frais sur les versements à l'ouverture, les versements réguliers ou libres. Ils sont généralement de 0% sur les PER en ligne, mais sont en moyenne de 2 à 3% sur l'ensemble des PER. Certains PER affichent des frais de versements entre 4 et 5%. Il est préférable d'éviter ces PER ou de négocier ces frais qui amputent considérablement la performance de long terme du PER.

Si vous transférez un PERP ou un PER Madelin vers un PER individuel (PERin), vérifiez les frais appliqués par l'ancien PER. Des frais importants peuvent être un frein au transfert.

D'autres frais peuvent s'appliquer sur la gestion du PER ou lors de la sortie en capital ou sous forme de rente. Consultez notre comparateur de PER pour vérifier ces frais.

Sur le même thème

Avertissement : le PER est un placement risqué. Un placement en unités de compte vous expose à une perte en capital.